BannièrePissenlit La Cabane de Tellus LogoTellus

 

 

 

 


Les plantes rudérales melli messicolo

 

Partie 1 : Les "amies des hommes" Partie 2 : La "Nature urbaine"
.....ico2La "Nature urbaine"
Sommaire_Rudérales2

.....ico2Les sauvages en villes!retourRetour

Il serai faux de penser la Nature n'a pas sa place en ville : elle y est bien présente, qu'on le veuille ou non. Parcs, jardins et espaces-verts semblent réellement indispensables aux humains, oasis de verdure nécessaire à notre équilibre. C'est ça la "Nature urbaine"? Peut être pas tant que cela.

En effets, il s'agit de milieux fortement anthropisés, façonnés par nos besoins, nos conceptions esthétiques et qui demandent beaucoup d'entretien. Ces écosystèmes reconstitués disparaitraient rapidement en notre absence.

La véritable "Nature", sauvage et spontanée, s'incarne plutôt dans ce nous qualifions de "mauvaises-herbes" : les plantes rudérales ! Ce sont elles qui représentent le véritable écosystème naturel des villes :
la "Nature urbaine".

Sonchus_oleraceus et Euphorbia sp
En ville, la Nature se cache dans des recoins incongrus :
Ici un Laiteron maraichers (Sonchus oleraceus) et un cortège de
jeunes d'Euphorbes (Euphorbia sp.) poussent sous une porte.
Photo : wikipedia.org

.....ico2Les différents milieux urbainsretourRetour

Bien que certaines espèces de plantes soient cosmopolites et euryéces, beaucoup recherchent quand même le milieu auquel elles sont le mieux adaptées. Une ville est une mosaïque de micro-milieux, l'homme y jouant souvent le rôle d'agent de dissémination involontaire, contribuant à semer les plantes rudérales partout où il passe. Ces végétaux savent profiter notre moindre manque de vigilance pour coloniser les lieux.

La Ville (Dijon)

Contrairement à ce que l'on a coutume de croire, la Nature est présente même aux cœurs des villes.
Ici une vue de Dijon, la ville du Petit Web-master.
Photo : www.dijon.fr

Voici une liste (non-exhaustive évidemment) des types de milieux qu'offre une ville et ses alentours. Bien sûr en réalité il n'y a pas de frontières bien nettes, et les conditions peuvent extrêmement varier d'un lieu à un autre suivant la ville, le climats, ensoleillement, l'humidité, type de sol...

De même les exemples d'espèces indiquées sont des espèces que l'on peut certes souvent trouver dans ces endroits, mais qui ne se gênent pas pour visiter d'autres milieux! Certaines sont très ubiquistes et vont être capables d'être présentes dans tous les milieux cités (Pâturin annuel, Sénéçon commun, Pissenlit dent-de lion, Bryum d'argent...), d'autres au contraire, très sélectives, sont spécialistes de quelques milieux (Cymbalaire des murailles, Corydale jaune, Scolopendre officinal...).


.....ico2Milieu n°1 : Parcs, jardins et pelousesretourRetour
Milieu1

Les jardins et les parcs représentent à eux seules un ensemble de terrains trop variables pour être tous décris. Néanmoins, il existe un milieu que l'on y retrouver à coup sûr : les pelouses.

Une population dense et homogène de graminées, est un milieu artificiel et instable. Seul un entretient très contraignant peut maintenir le milieu dans cet état. Il est donc tout à fait naturel que des espèces adventices finissent par investir les lieux. Ce sont des plantes qui supportent bien la tonte : capacités de régénération importante, multiplication végétative, port rampant ou prostré. Ces végétaux doivent également supporter le piétinement réguliers ainsi qu'une compétition féroce au niveau racinaire avec les autres végétaux. On différencie nettement une pelouse fraichement plantée (très riche en espèces rudérales), d'une pelouse ancienne et bien établie, où seules certaines espèces vivaces peuvent perdurer.

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Ensoleillement maximum grâce à la tonte régulière.
  • Pas ou peu d'herbicides
  • Milieu souvent fertilisé ou même arrosé
  • Dissémination des graines facile par les humains
  • Piétinement réguliers à intense
  • Floraison parfois difficile entre deux tontes.
  • Grandes tailles impossibles
On peut y rencontrer :

La Pâquerette vivace (Bellis perrenis), le Pissenlit dent-de-lion (Taraxacum campylodes), le Trèfle rampant (Trifolium repens), la Renoncule rampante (Ranunculus repens), le Plantain lancéolé (Plantago lanceolata), le Plantain moyen (Plantago media), le Chiendent officinal (Elytrigia repens), la Minette commune (Medicago lupulina), le Lierre terrestre (Glecoma hederacea), la Brunelle charbonnière (Prunella vulgaris), la Violette des chiens (Viola canina), l'Achillée millefeuille (Achillea millefolium)... etc


.....ico2Milieu n°2 : Friches, décombres et chantiersretourRetour
Friches, décombres et chantiers

les décombres de toutes sortes, friches urbaines, décharges, chantiers et autres terrains-vagues sont naturellement les milieux de prédilection des plantes rudérales. C'est ici que l'on trouve le plus grand nombre d'espèces. Des lieux que peu de personnes considèrent comme dignes d'intérêt, et qui ne collent pas avec nos conceptions habituelles de l'esthétisme. Pourtant ils peuvent abriter une biodiversité incroyable, véritables mélanges de plantes de tous les horizons.

Les conditions très variables (qui regroupent en faite l'ensemble des milieux présentés ici), permettent à différentes plantes de prospérer plus ou moins simultanément : Les plantes pionnières et les thérophytes sont souvent majoritaires, mais rapidement arrivent les plantes vivaces, ligneuses, et même des arbres peuvent venir compléter le tableau : saules, bouleaux, Sureau noir... Sont les arbres pionniers du futur climax qui s'installe. Grâce aux plantes rudérales, peu à peu le milieu redeviennent un lieu de vie, souvent plus "naturels" que les parcs et les jardins !

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Milieu vierge, à conquérir.
  • Grande variété de conditions de vie
  • Interventions humaines limitées
  • Milieux temporaires, parfois éphémères
  • Présence possible de pollution, parfois très forte
On peut y rencontrer :

Le Pavot douteux (Papaver dubium), le Passerage des décombres (Lepidium ruderale), la Capselle bourse à pasteurs (Capsella bursa-pastoris), le Pavot somnifère (Papaver somniferum), L'Onopordon fausse-acanthe (Onopordum acanthium), le Chardon penché (Carduus nutans), La Verveine officinale (Verbena officinalis), l'Atropa belladonne (Atropa bella-donna), le Réséda jaune (Reseda lutea), la petite Bardanne (Arctium minus), l'Armoise commune (Artemisia vulgaris), le Chénopode blanc (Chenopodium album), l'Amarante couchée (Amaranthus deflexus), l'Ortie dioïque (Urtica dioica), les Mélilots (Melilotus officinalis et M. album), la Carotte sauvage (Daucus carota), la Moutarde des champs (Sinapis arvensis)...etc


.....ico2Milieu n°3 : Trottoirs et pavésretourRetour
Trottoirs et pavés

les trottoirs, les rue pavées et les interstices entre l'asphalte représentent des milieux plutôt hostiles : aridité marquée, substrat réduit, présence de polluants divers, herbicides, piétinement... Malgré tout, et jusqu'au plein centre des villes, de nombreuses plantes rudérales peuvent y prospérer pourvue que l'on ne les arrose pas trop de désherbant. Les plantes les mieux adaptées sont surtout des xérophiles et des thérophytes. Une simple fissure suffit parfois. Les nombreux passants : humains, animaux domestiques, pigeons, voitures... Sont autant de vecteurs de dissémination qui sèment et ressèment les graines dans toutes les villes du monde. Ce sont les plantes qui vivent au plus près des humains.

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Très peu de concurrence avec d'autres végétaux
  • Facilité de disséminations par les passants
  • Milieu aride
  • Forts risques d'herbicides
  • Présence fréquente de nombreux polluants :
    hydrocarbures, sels, produits chimiques divers...
On peut y rencontrer :

La Laitue sauvage (Lactuca serriola), le Sénéçon commun (Senecio vulgaris), le grand Plantain (Plantago major), la Pensée tricolore (Viola tricolor), la Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), Le Pâturin annuel (Poa annua), la Sagine couchée (Sagina procumbens), la Drave printannière (Erophila verna), l'Arabette des dames (Arabidospis thaliana), l'Érigeron pulicaire (Erigeron canadiensis), le Pourpier maraicher (Portulaca oleraceus), Laiterons rude (Sonchus asper), la Linaire commune (Linaria vulgaris)... etc


.....ico2Milieu n°4 : Pieds des arbres, massifs de fleursretourRetour
Milieu4

Sur de nombreux points, les bordures des arbres et les massifs de fleurs en villes sont de véritables havres de paix pour la flore urbaine. On y trouve souvent les mêmes espèces que dans le milieux précédent, mais sous des formes souvent plus développées, plus "luxuriantes". Ce sont des milieux idéaux pour de nombreuses plantes anthropophiles : fréquemment perturbées, ils sont régulièrement la cible des animaux domestiques qui viennent y faire leurs besoins, au point que les pieds des arbres sont parfois saturés d'urine!

Voilà ce qui explique la présence si abondante d'espèces nitrophiles dans ces endroits. Elles peuvent de surcroit facilement faire voyager leurs semences par les chaussures des passants, le pelage de leurs chiens, l'écoulement des eaux et même les pneus des voitures qui stationnent à coté.

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Sols riches en azote
  • Apports réguliers de matière organique
  • Piétinement limité
  • Dissémination des graines très facile
  • Espace limité
  • Risques d'herbicides ou d'autres polluants.
  • Ensoleillement réduit par l'arbre
On peut y rencontrer :

Le Mouron des oiseaux (Stellaria media), le Mouron rouge (Anagallis arvensis), le Laiterons maraicher (Sonchus oleraceus), la Renouée persicaire (Polygonum persicaria), la Fumeterre officinale (Fumaria officinalis), le Liseron des champs (Convolvulus arvensis), l'orge des souris (Horderum murinum), la Morelle noire (Solanum nigrum), la Veronique de perse (Veronica persica), le Gaillet gratteron (Galium aparine), la Benoîte commune (Geum urbanum), le Galinsoga à petite fleurs (Galinsoga parviflora), la Patience sauvage (Rumex obtusifolius)... etc


.....ico2Milieu n°5 : Chemins et bords des routesretourRetour
Milieu5

Les bords des routes et des chemins, fin du voyage pour de nombreuses graines qui vagabondaient, font parfois étalage d'une biodiversité impressionnante. Les plantes voyagent souvent le long des axes que nous utilisons, empruntant nos propres moyens de transports. Ainsi les plantes méditerranéennes remontent vers le nord en suivant les routes. Autrefois les déjections des animaux de trait faisaient des bords des routes des terrains extrêmement riches en matière organique. Aujourd'hui les eaux d'écoulements, riches d'effluves azotées font la même chose, même si la pollution vient souvent s'y ajouter. Les plantes que l'on y rencontre sont donc souvent des plantes nitrophiles, demandant un fort ensoleillement.

Dans certains endroits, le salage régulier des routes en hivers, fait disparaître de nombreuses espèces au profit des halophytes, plus tolérantes à la présence de sel et qui migrent depuis le littoral.

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Sols très riches en matière organiques et azotées
  • Ensoleillement assuré par la fauche régulière
  • Piétinement limité
  • Dissémination des graines très faciles, nottament par le vent (dû aux passage des véhicules)
  • Présence possible de sel à cause du salage l'hiver
  • Risques d'herbicides ou d'autres polluants, notament des hydrocarbures
On peut y rencontrer :

La Chicore sauvage (Cichorium intybus), la Marguerite commune (Leucanthemum vulgare), la Renoncule âcre (Ranunculus acris), la Cardère sylvestre (Dipsacus sylvestris), le Sainfoin commun (Onobrychis viciifolia), le Lamier blanc (Lamium album), la Knautie des champs (Knautia arvensis), l'Arroche commune (Atriplex patula), le Compagnon blanc (Silene latifolia), le Raifort rustique (Armoracia rusticana), la Vipérine commune (Echium vulgare), la Cirse des champs (Cirsium vulgare), le Crépis bisannuel (Crepis biennis), l'Oseille commune (Rumex acetosa), la Berce commune (Heracleum sphondylium), l'Égopode podagraire (Aegopodium podagraria), la Mauve sylvestre (Malva sylvestris)... etc


.....ico2Milieu n°6 : Bâtiments et vieux mursretourRetour
Milieu6

Les vieux murs et les anfractuosités des bâtiments forment un milieu bien particulier qui possèdent sa flore spécifique. C'est l'équivalent dans la Nature des falaises, des éboulis et des zones caillouteuses, qui sont le domaine des lithophytes (dites aussi "saxicoles") et des plantes xérophiles. En ville, on retrouve ainsi dans des endroits incongrues : gouttière obstruées, toits, murs peu entretenus, ruines... des plantes en provenance des zones arides ou d'origines alpines qui se sont littéralement "urbanisées". On y trouve même des plantes qui étaient à l'origine cultivées dans les rocailles des jardins d'agrément, et qui se sont discrètement échappées pour profiter des nombreux terrains propices que leurs offrent nos villes.

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Très peu de concurrence d'autres espèces
  • Ensoleillement important
  • Zones abritées des herbicides
  • Aucun piétinement
  • Aridité importante
  • Substrat réduit et pauvre en humus
  • Milieu parfois éphémère
On peut y rencontrer :

La Cymbalaire des murailles (Cymbalaria muralis), Les Aspléniums (Asplenium sp.), la Grande Chélidoine (Chelidonium majus), les Orpins (Sedum acre, S. album, S. rupestre), les Pariétaires (Parietaria officinalis, P. judaica), la Corydale jaune (Corydalis lutea), le Lierre grimpant (Hedera helix), le Brome des toits (Bromus tectorum), la Drave des murs (Draba muralis), la Vélar fausse-giroflée (Erysimum cheiranthoïdes), la Claytonie perfoliée (Claytonia perfoliata), l'Orge des souris (Hordeum murinum), la Laitue sauvage (Lactuca serriola), la Lampsane commune (Lapsana communis)... etc


.....ico2Milieu n°7 : Talus et voies ferréesretourRetour
Milieu7

Les talus ensoleillés et les abords des voies ferrées forment des milieux particuliers, à mi-chemin entre le bords des routes et les vieux murs. Un sol bien drainé et une forte insolation profitent aux plantes héliophiles et thermophiles, qui y retrouvent un micro-climat plus chaud et plus sec. Ainsi prospère souvent des plantes d'origines méditerranéennes qui remontent vers le nord. En effet, le passage des trains facilitent grandement la dispersion des graines par le vents, faisant migrer rapidement les plantes d'un endroit à l'autre. Finalement les gares et les dépôts de marchandises sont parfois le point de départ de colonisation par des néophytes qui ont voyagé... par le train !

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Micro-climat plus chaud
  • Ensoleillement important
  • Le passage des trains facilitent la dispersion des graines
  • La fauche régulière empêche le développement des arbres
  • Aridité importante
  • Risques très important d'herbicides
On peut y rencontrer :

Le Passerage drave (Cardaria draba), le Pastel des teinturier (Isatis tinctoria), la Bourrache commune (Borago officinalis), l'Euphorbe épurge (Euphorbia lathyris), l'Origan commun (Origanum vulgare), la Mauve musquée (Malva moschata), la Mauve alcée (Malva alcea), la berce de caucase (Heracleum mantegazzianum), le Pavot somnifère (Papaver somniferum), la Potentille ansérine (Potentilla anserina), la Molène bouillon-blanc (Verbascum thapsus), la Prêle des champs (Equisetum arvense), l'Onagre bisanuelle (Oenothera biennis), l'Ambroisie commune (Ambrosia artemisiifolia), l'Amarante réfléchie (Amaranthus retroflexus)... etc.


.....ico2Milieu n°8 : Haies, buissons et fourrésretourRetour
Haies et buissons

Les haies, les buissons et les fourrées fournissent des conditions que l'on retrouve dans la Nature aux niveaux des zones boisées claires et des lisières. Ces milieux particuliers sont le domaine des plantes de transitions, c'est à dire, de la flore qui succède à l'arrivée des plantes pionnières et qui évolue peu à peu en forêt. Les conditions sont caractérisées par un ensoleillement modéré à faible, et donc une forte compétition pour la lumière et l'espace. Constituant des lieux refuges pour la faune, beaucoup de plantes typiques de ces milieux sont ainsi véhiculées par les animaux, que cela soit dans la fourrure d'un rongeur, le plumage d'un oiseau (épizoochorie), que dispersées par leurs excréments (endozoochorie).

Avantages Avantages ContraintesContraintes
  • Micro-climat plus humide
  • Apport régulier de matières organiques et azotées
  • Pas ou très peu d'herbicides
  • Facilité de dispersion des semences par les animaux
  • Compétition importante pour la lumière, l'eau et l'espace
  • Risque d'évolution du milieu en forêt
On peut y rencontrer :

L'Alliaire officinale (Alliaria petiolata), le Liseron des haies (Calystegia sepium), le Géranium herbe-à-robert (Geranium robertianum), la Vesce commune (Vicia sativa), la Ciguë des jardins (Aethusa cynapium), la Clématite vigne-blanche (Clematis vitalba), l'Aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria), la Ronce commune (Rubus fruticosus), la Garance voyageuse (Rubia peregrina), le Gaillet croisette (Cruciata laevipes), la Morelle douce-amère (Solanum dulcamara), la Bryone dioïque (Bryonia dioica), l'Ortie dioïque (Urtica dioica)... etc.


.....ico2Milieu n°9 : Champs et terres arablesretourRetour
Champs et terres arables

Les terres arables de nos campagnes sont paradoxalement le milieu le plus artificiel qui soit. Les contraintes y sont énormes, nombreuses, et la compétition entre végétaux parfois très intense. Bien que de nombreuses espèces rudérales puissent y prospérer, des espèces plus particulières s'y sont parfaitement adaptées : ce sont les plantes compagnes des moissons, les commensales des cultures et autres plantes messicoles...

Voir : Les plantes messicoles.

retourRetour
 

*Cliquez (ou double-cliquez) sur les mots en Violet pour faire apparaitre la définition.
Retour Index
retour
Retour
Retour
Suite
Suite